Le Compendium

 

Psychromètre

Coffret J. TONNELOT contenant les éléments d'un psychromètre-crécelle ou psychromètre-fronde. Dimensions 21 x 12 x 5 cm

L'évaporation produit du froid. Deux thermomètres sont maintenus côte à côte sur une monture en laiton laqué. Le premier, auquel on donne le nom de "thermomètre sec", est gradué de -18°C à 52°C. Le second est gradué de -22°C à 52°C et son réservoir est contenu dans un manchon de mousseline que l'on imbibe d'eau : c'est le "thermomètre humide". L'association de ces deux thermomètres constitue un psychromètre qui permet de déterminer l'humidité relative ou l'état hygrométrique de l'air ambiant.

TRAITÉ ÉLÉMENTAIRE DE PHYSIQUE
A. PRIVAT DESCHANEL
PARIS - 1869

Si l'atmosphère est sèche, l'eau du manchon disposé sur le réservoir du thermomètre humide s'évapore et la température qu'il indique est inférieure à celle du thermomètre sec. A l'inverse, si l'atmosphère est saturée en humidité, le phénomène d'évaporation ne se manifeste pas et les deux thermomètres indiquent la même température.

La différence de température entre les deux thermomètres dépend de l'humidité du lieu. Plus il fait sec, c'est à dire plus l'évaporation est importante, plus cet écart est grand.
Les valeurs (température donnée par le thermomètre humide et différence des températures) sont reportées sur une table psychrométrique permettant de déduire l'humidité relative.

On assure une bonne ventilation du dispositif en lui imprimant un mouvement dans l'air. Ici, on utilise une tige métallique rigide qui relie la monture laquée à une poignée munie d'un axe de rotation. On utilise l'ensemble à la manière d'une crécelle en faisant tourner les thermomètres autour de l'axe de la poignée : le mouvement permet de renouveler l'air autour du réservoir muni du manchon imbibé d'eau. On donne souvent à cet instrument utilisé en météorologie le nom de psychromètre-crécelle ou psychromètre-fronde.

ACCUEIL

CHALEUR

PLAN DU SITE

SITE MAP

Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                 © Albert Balasse - 2007/2010