Le Compendium
      Albert Balasse

 

Contacteur - inverseur à manette,
à deux directions et repos

Inverseur (ou rhéotrope) - Interrupeur (ou rhéotome) sur platine en bois. Dimensions : 14 x 11 cm ; hauteur 7 cm

La pièce centrale est une fourche en laiton solidaire d'une manette en ébonite. L'ensemble peut pivoter légèrement ce qui permet de mettre en contact l'une avec l'autre, soit la branche gauche de la fourche et la lame ressort gauche tout en décollant l'extrémité de cette lame du plot central, soit la branche droite et la lame ressort droite en provoquant un effet similaire. Une plaquette isolante en ébonite, insérée dans le plot central, empêche les branches de la fourche de venir en contact avec ce plot. La photographie qui suit montre la manette dans une de ses positions extrèmes : la branche gauche de la fourche repousse légèrement la lame ressort gauche tout en entrant en contact avec elle (et uniquement avec elle), tandis que la lame ressort droite demeure appuyée contre le plot central ...

Le câblage est, dans sa plus grande partie, visible car réalisé en surface avec de fines bandes le laiton. Toutefois, une portion est cachée dans le socle : un fil conducteur réunit le clou dont on remarque la tête en bout de la bande en laiton partant de la borne en bas et à gauche et le support de la lame ressort droite. Les bornes d'alimentation choisies étant toujours les deux bornes de droite, on comprend aisément les différents cheminements proposés au courant électrique. Actuellement, la borne en haut et à droite est reliée à la borne en bas et à gauche et la borne en bas et à droite à la borne en haut et à gauche. Si l'on inverse la position de la manette, la correspondance est inversée. Lorsque la manette occupe la position centrale, le courant ne passe pas ...

L'aiguille aimantée de ce petit galvanoscope - décrit dans le Compendium - dévie d'un côté ou de l'autre selon le sens du courant qui traverse son conducteur interne initialement parallèle à l'axe de l'aiguille au repos ...

Expérience

Certaines bobines d'induction ne possèdent pas leur propre dispositif permettant d'inverser le courant d'alimentation de l'enroulement primaire. C'est le cas de la petite bobine de Ruhmkorff de la photographie qui suit. Nous avons inséré le contacteur inverseur dans le circuit d'alimentation de la bobine afin de pouvoir, sans devoir par la suite modifier les connexions, changer le sens du courant inducteur et par suite le sens du courant induit traversant le tube de Geissler actuellement relié aux extrémités de l'enroulement secondaire.

On voit, sur les deux photographies qui suivent, que cette inversion se traduit par des effets lumineux au voisinage des électrodes du tube. A chaque instant, l'électrode dont l'extrémité se termine par un point brillant est positive et l'électrode entourée d'une gaine lumineuse est négative. Bien sûr, pour réaliser les photographies de la décharge électrique dans le tube de Geissler, pous avons remplacé la pile de Grenet qui, actuellement, ne contient pas d'électrolyte, par une pile plus actuelle ...

Copyright © Le Compendium / Albert Balasse  - 2007/2016 - Tous droits réservés

ACCUEIL

ÉLECTRICITÉ

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                                   Albert BALASSE

 

283 / 14 novembre 2016