Le Compendium
      Albert Balasse

 

Lampe à pétrole,
pour le cabinet noir du photographe

Lampe à pétrole, inactiique, pour laboratoire de photographe et cabinet de radiographie
Hauteur minimum 40 cm, puis variable jusqu'à 50 cm - Vers 1900

La lampe possède deux verres cylindriques coaxiaux, le verre interne fixe, transparent ou plus souvent jaune, et le verre externe, rouge "rubis", inactinique. Lorsque le verre rouge recouvre complètement l'autre verre, la lampe émet une lumière n'ayant pas d'effet photochimique sur les sels d'argent utilisés en photographie. Ainsi, lors de ses travaux en chambre noire, le photographe a la possibilité de choisir et de moduler son éclairage en positionnant différemment le verre rouge selon la présence ou non de surfaces sensibles et le travail qu'il effectue.




Dans les années 1900, on rencontre des modèles similaires dans les catalogues Max Kohl (à gauche) et Mazo (à droite).

Notre lampe est munie d'un bec tronconique KOSMOS, semblable au modèle du Dictionnaire de l'Industrie et des Arts industriels de E.-O. Lami de 1886, dans lequel s'introduit une mèche qui, quoique de forme plate, s'incurve dans l'espace annulaire du porte-mèche en produisant l'effet d'une mèche ronde. Avec ce type de bec, le verre (il s'agit du verre interne) doit être étranglé dans sa partie inférieure afin d'amener un courant d'air le plus près possible de la flamme pour favoriser la combustion.

KOSMOS, la marque du bec sur la molette commandant l'entraînement de la mèche

C'est à la fin du XVIIIe siècle que ARGAND, physicien, imagina un modèle de lampe à pétrole pour lequel il créa le bec à double courant d'air. dont découle le bec Kosmos. Il utilisait une mèche cylindrique qui, imprégnée de pétrole et enflammée, se trouvait soumise à l'action de deux courants d'air, l'un traversant l'intérieur de la mèche et l'autre l'enveloppant par l'extérieur. Ces deux courants d'air activaient la combustion et augmentaient le pouvoir éclairant de la flamme.
Pour définir les dimensions d'une mèche cylindrique, on avait alors l'habitude de l'aplatir latéralement pour mesurer la largeur de la double couche de coton obtenue. Cette habitude est restée dans le cas du bec Kosmos pour lequel on replie la mèche plate sur elle-même pour la mesurer...

On donne encore de nos jours le résultat en lignes, douzième partie du pouce de roi ou pouce de France, unités dérivées de la toise du Châtelet de 1668. La ligne correspond à 2,256 mm. La photographie qui suit illustre la mesure de la mèche du bec de notre lampe réalisée avec une règle graduée en millimètres d'un côté et en lignes de l'autre.

La pliure empêche toute corrélation entre le résultat en lignes et la largeur réelle de la mèche dépliée exprimée en unités plus actuelles (4,9 cm).

 

 


On constate tout de même que le verre interne porte l'indication 10''' (''' est le symbole de la ligne) qui le destine à un bec "rond" utilisant une mèche également de 10'''...

Dans son SUPPLÉMENT à la PHOTOGRAPHIE, partie d'un ouvrage de la collection LES MERVEILLES DE LA SCIENCE, Louis FIGUIER décrit, en 1891, le cabinet noir du photographe moderne. Nous reproduisons, ci-dessous, l'une des pages de l'article dans lequel sont passées en revue quelques lanternes à gaz ou pétrole fournissant une lumière rouge "anti-photogénique". En cliquant sur cet extrait, on accède au texte complet numérisé par la Bibliothèque nationale de France.

Copyright © Le Compendium / Albert Balasse  - 2007/2018 - Tous droits réservés

ACCUEIL

MISCELLANÉES

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                         

 

335 / 15 novembre  2018