Le Compendium
        Albert Balasse

Loupes composées, à deux lentilles minces

1 - Loupe composée, tripode

Cette loupe est proposée comme "loupe pour soiries" chez Lerebours et Secretan en 1853, "loupe pour études élémentaires de botanique et de zoologie" dans le catalogue de biologie de Central Scientifique Company en 1911, ou encore "loupe à dissection" en 1912 chez Bausch & Lomb Optical. Son emploi est assez universel et elle est sans doute également utilisée par les horlogers et les graveurs.

"Loupe double"
Les merveilles du monde invisible - Wilfrid de Fonvielle
Librairie Hachette - PARIS - 1874

La monture renferme deux lentilles biconvexes fines, maintenues écartées l'une de l'autre par une bague en bois qui joue également le rôle de diaphragme en arrêtant les rayons qui s'écartent trop de l'axe principal. La disposition, qui consiste à utiliser deux lentilles de courbures moindres plutôt qu'une seule lentille plus épaisse, donc plus convergente, réduit les aberrations et permet obtenir, pour un même grossissement, des images moins irisées sur les bords.

Le diamètre du modèle présenté est égal à 4,5 cm. La mise au point s'effectue en tournant la monture filetée

 

En 1882, dans la 3e édition de L'ETUDIANT MICROGRAPHE,  c'est sous le nom de "loupe à réchaud" qu'Arthur Chevalier évoque la loupe tripode. On trouve une appellation voisine "loupe réchaud" chez des constructeurs de matériel de laboratoire comme G. Fontaine , Exupère, N. Boubée & Cie ...

Catalogue de la Maison EXUPÈRE
Balances et accessoires de précision - vers 1920

________________________________________

2 - Petite loupe composée, à main

Sa longueur n'est que de 7 cm et elle est formée par deux lentilles biconvexes minces de 1,8 cm de diamètre. Chaque lentille est sertie sur un œilleton qui se visse sur le corps de la loupe. Les deux lentilles sont ainsi maintenues parallèlement à quelques millimètres l'une de l'autre.

Cette boule de fine dentelle est le calice qui protège le fruit rouge du Physalis que l'on devine dans la partie supérieure. On nomme communément cette plante "Amour en cage", "Lanterne chinoise" ou "Lanterne japonaise". C'est un fragment de cette enveloppe protectrice que nous avons photographié à travers notre petite loupe :

 

 

 

________________________________________

Copyright © Le Compendium / Albert Balasse  - 2007/2015 - Tous droits réservés

ACCUEIL

OPTIQUE

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                                 Albert BALASSE