Le Compendium
      Albert Balasse

 

Microscope de poche, à bille

Microscope à bille ou lentille sphérique - 2 modèles : 7,2 et 6,7 cm - Vers 1900

Microscope à bille  - Premier modèle

En partie sorti de son étui en carton recouvert de papier noir, le microscope à bille.

A droite et au premier plan, la lentille est une bille en verre dont le diamètre est égal à 6 mm. Elle est munie d'un petit brin métallique soudé permettant de la manipuler plus facilement. Cette bille prend sa place dans le porte-lentille entre deux parois en forme de cuvette percée d'un trou de 5 mm de diamètre. Le porte-lentille vient coiffer l'extrémité du tube optique qui se termine par un disque en verre servant de porte-objet. L'instrument monté, sa hauteur est égale à 7,2 cm.

A l'autre extrémité du tube optique, un diaphragme ne laisse parvenir sur la préparation, puis sur la lentille, que les rayons voisins de l'axe optique. L'intérieur du tube est noirci pour éviter toute réflexion. Outre son rôle qui consiste à canaliser le faisceau lumineux afin de réduire les aberrations optiques dues à la sphéricité de la lentille, le tube optique sert à la préhension du microscope lors de son utilisation.

L'objet à examiner - par exemple l'aile d'une mouche - est placé au centre du disque en verre. Ce dernier peut éventuellement être légèrement humecté pour fixer la préparation. Le porte-lentille en place, la lentille exerce une très légère pression sur la préparation ce qui, généralement, suffit à l'immobiliser durant l'observation. Avec ce premier modèle, le grossissement est de l'ordre d'une cinquantaine de fois. Il est comparable à celui  qui est obtenu avec les petits microscopes Stanhope présents dans le Compendium.

La mouche commune
LES MERVEILLES DU MONDE INVISIBLE
par Wilfrid de Fonvielle - 1874

 

Microscope à bille - Second modèle

Comme précédemment, l'étui est en carton recouvert de papier noir. Le microscope, dont le corps est laqué, est légèrement plus petit puisqu'il mesure 6,7 cm. Le porte-lentille ainsi que le diaphragme se vissent aux extrémités du tube alors que, sur l'autre modèle, ils s'emboitent par frottement.

Le diamètre de la bille en verre est égal à 3 mm ce qui offre un grossissement plus important avec, bien entendu, un champ de vision rétréci. Le disque diaphragme porte l'indication TRADE MARK suivi d'une ancre et de TRY ME. On retrouve la même marque sur des instruments d'optique et de mécanique construits par J. P. CUTTS, SUTTON & SON, "OPTICIAN TO HER MAJESTY, Sheffield and London", dans la deuxième partie du XIXe siècle.

TRY ME
C'est chose faite !

 

 

Copyright © Le Compendium / Albert Balasse  - 2007/2016 - Tous droits réservés

RETOUR VERS "LOUPES et MICROSCOPES DE POCHE"
(Optique - I)

ou :

ACCUEIL

OPTIQUE

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                                 Albert BALASSE

 

 

258 / 8 octobre 2015