Le Compendium
      Albert Balasse

 

Microscope simple
Maison Chevalier

Le microscope dans son coffret en noyer de 22 x 17 x 12 cm

"Microscope simple pour les dissections, la botanique, l'entomologie, etc" - Hauteur minimum 16 cm - Maison CHEVALIER

Le microscope a été fabriqué entre 1865 (parution du dessin de l'instrument dans la deuxième édition de L'ÉTUDIANT MICROGRAPHE d'Arthur CHEVALIER) et 1889 (fermeture définitive des ateliers de "L'ANCIENNE & SEULE MAISON CHEVALIER, de Père en Fils depuis plus d'un siècle" ).

Le microscope, du type Raspail, est muni d'un large pied en fonte de fer vernie. La mise au point est réalisée par système de pignon-crémaillère monté sur une colonne cylindrique. Le grand bouton de commande élève ou abaisse le bras horizontal porte-doublet. Ce bras pivote horizontalement autour de l'axe de la colonne et une tige filetée, commandée par un petit bouton moleté, permet de déplacer le doublet d'avant en arrière.

Le doublet pouvant se mouvoir dans tous les sens, l'œil de l'observateur peut couvrir une grande surface de la platine et observer son sujet sans déplacer ce dernier. Cette caractéristique est importante lorsqu'il s'agit d'observer des animalcules vivant en milieu aqueux dans une cuve transparente, sans les déranger.

L'instrument est livré avec deux doublets scindables n° 3 et 10 pour des grossissements de 6, 12, 20 et 40 fois.

Le doublet optique, inventé par WOLLASTON en 1820, est composé de deux lentilles plan-convexes à face plane tournée vers l'objet ce qui réduit les aberrations de sphéricité et de réfrangibilité résultant de l'emploi de la lentille biconvexe unique utilisée jusque là. En 1830, Charles CHEVALIER améliore ce système optique en éloignant le foyer afin de laisser un espace suffisant aux instruments de dissection. On y retrouve les deux lentilles plan-convexes, la première, près de l'objet, de plus grand diamètre que la seconde dont elle est séparée par un diaphragme. Les lentilles sont accouplées par leur monture à vis et leur écartement est faible et invariable. La monture supérieure porte une large collerette noire qui protège l'œil de toute lumière parasite.

La forme la plus connue des doublets de Charles Chevalier est différente de celle des deux articles qui accompagnent notre instrument. Le diamètre de leur monture est identique puisqu'ils se montent sur tous les microscopes du constructeur mais ils sont beaucoup plus courts et la collerette, presque plate, est marquée "Charles Chevalier".

Nous avons, pour la suite de cette page, remplacé les doublets présents dans le coffret par des doublets portant cette signature. Ce sont ceux que l'on rencontre dans les ouvrages et catalogues de la Maison Chevalier.

Les doublets de Charles Chevalier sont numérotés suivant leur distance focale exprimée en lignes. La ligne de France, ancienne unité de longueur égale à 1/12 pouce du Roi ou pouce de France de 2,707 cm, c'est-à-dire à 2,256 mm. Ainsi, le doublet n° 3 utilisé pour observer cette lame préparée par Eugène Bourgogne a une distance focale proche de 6,75 mm. Son grossissement est de 40 fois. La maison Chevalier proposait des doublets grossissant de 12 à 500 fois...

L'ÉTUDIANT MICROGRAPHE - 2e édition 1865

Avec son nouveau doublet, le microscope est identique à celui de la figure 58 de L'ÉTUDIANT MICROGRAPHE par Arthur CHEVALIER dans la seconde édition de 1865, ou à celle du catalogue de 1885 :

Catalogue des MICROSCOPES DE PRÉCISION  POUR L'ÉTUDE DES  SCIENCES NATURELLES
construits par le docteur ARTHUR CHEVALIER - Palais-Royal - 158, Galerie de Valois, Paris, 1885

Les quatre doublets ont, finalement, tous leur place...

Copyright © Le Compendium / Albert Balasse  - 2007/2018 - Tous droits réservés

MICROSCOPES

ou :

ACCUEIL

OPTIQUE

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                                 Albert BALASSE

 

319 / 30 mars  2018