Le Compendium

Ebullioscope Levesque

Ebullioscope Levesque complet, avec sa pipette et sa boite de rangement - "Petit modèle au 1/10ème de degré" - hauteur 42 cm

L'ébullioscope est utilisé pour la détermination de la richesse alcoolique des boissons. Utilisé principalement pour le dosage du vin, son principe repose sur la variation de la température d'ébullition d'un mélange en fonction de sa concentration en alcool : plus le degré alcoolique est grand, plus la température d'ébullition est faible. Le degré alcoolique correspond au nombre de centilitres d'alcool éthylique présents dans 1 litre de vin.

La prise d'essai de vin est introduite dans la chaudière tronconique munie d'un thermosiphon chauffé par la lampe à alcool disposée sous la cheminée.

Cette chaudière est fermée par un bouchon à vis muni de deux orifices : l'un est destiné à recevoir la tige d'un thermomètre coudé à angle droit, et l'autre un réfrigérant à reflux dont le rôle est de condenser les vapeurs qui se forment dans l'appareil.

La photo de droite montre la gaine métallique qui protège le réservoir du thermomètre à l'intérieur de la chaudière ainsi que la règle graduée qui, à l'extérieur, permet de repérer l'endroit où le mercure se stabilise.

 

Sur la partie gauche, l'enveloppe externe du réfrigérant à reflux. Complètement à gauche, on aperçoit l'extrémité de la tubulure centrale en relation directe avec la chaudière. La partie située entre l'enveloppe et la tubulure doit être remplie d'eau froide pour favoriser la condensation.

L'échelle de lecture est graduée de 0 à 16° alcoolique. Cette échelle peut être déplacée latéralement afin de permettre un réglage du "zéro" par ébullition d'eau pure.

Sur le bouchon de la chaudière est gravé le matricule de l'ébullioscope : 26943.

 

Le sceau en plomb atteste que le thermomètre est un élément d'origine.

Dessin et texte :

Dictionnaire de l'Industrie & des Arts industriels
E.O. Lami  - 1881

ACCUEIL

CHALEUR

PLAN DU SITE

SITE MAP

Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                 © Albert Balasse - 2007/2010