Le Compendium
        Albert Balasse

Ebullioscope Levesque

Ebullioscope Levesque "Petit modèle au 1/10ème de degré" - hauteur 42 cm

L'ébullioscope est utilisé pour déterminer la richesse alcoolique des boissons. Utilisé principalement pour le dosage du vin, son principe repose sur la variation de la température d'ébullition d'un mélange en fonction de sa concentration en alcool : plus le degré alcoolique est grand, plus la température d'ébullition est faible. Le degré alcoolique correspond au nombre de centilitres d'alcool éthylique présents dans 1 litre de vin.

La prise d'essai de liquide est introduite dans la chaudière tronconique. Le chauffage est assuré par une lampe à alcool disposée sous la cheminée. La circulation du liquide et la montée en température sont régulées par un thermosiphon formé par l'anneau creux incliné et en forme de spirale, dont les extrémités s'ouvrent dans la chaudière.

La chaudière est obturée par un bouchon à vis muni de deux orifices : l'un est destiné à recevoir la tige d'un thermomètre coudé à angle droit, et l'autre un réfrigérant à reflux dont le rôle est de condenser les vapeurs qui se forment dans l'appareil tout en assurant la communication avec l'extérieur.

Le réservoir du thermomètre est protégé par une  gaine métallique. La règle, parallèle à la tige horizontale du thermomètre, est graduée de 0 à 16° alcoolique et peut être déplacée sur sa longueur lors du réglage initial du "zéro". Le double curseur permet de repérer la division en regard de laquelle le mercure se stabilise.

 

Le tube axial du réfrigérant à reflux communique, d'un côté, avec la chaudière et de l'autre avec l'atmosphère. Pendant la durée de l'opération, le volume compris entre ce tube étroit et le tube externe doit être rempli d'eau froide afin de condenser les vapeurs du liquide porté à l'ébullition qui, retombant dans la chaudière, maintiennent la concentration alcoolique du liquide.

L'opération de titrage d'un vin est menée en deux temps. On détermine d'abord la position du "zéro" de la règle graduée dépendant de la température d'ébullition de l'eau pure, au moment et au lieu de l'expérience, puis on procède au dosage de l'alcool dans le vin.

1 - Réglage du "Zéro"

On verse de l'eau distillée dans la chaudière jusqu'au trait de repère intérieur. On peut utiliser la pipette également destinée aux coupages des liquides très alcoolisés ; on visse le couvercle, on positionne le réfrigérant et on allume la lampe. Lorsque l'eau est en ébullition et que la colonne de mercure est fixe, on fait glisser la réglette pour mettre en coïncidence son "0" avec le point où s'arrête le mercure. On utilise, pour cela le grand index du curseur. On fixe la réglette sur cette position.

2 - Dosage de l'alcool

On vide l'appareil et on répète l'opération avec le vin à essayer sans modifier la position de la réglette. A l'ébullition, on repère, toujours à l'aide du grand index du curseur, la division en face de laquelle s'est stabilisé le mercure : c'est le résultat recherché. Dans le cas de l'image précédente, le vin titre 12,5° c'est-à-dire qu'il y a 12,5 cl d'alcool éthylique dans 1 litre...
 

Il arrive, dans certaines régions en altitude, que l'on ne puisse suffisamment reculer la réglette pour faire coïncider son 0 avec l'extrémité de la colonne de mercure. Dans ce cas, on se sert du petit index du curseur de la manière suivante : pour l'eau comme pour le vin, on affleure l'extrémité de la colonne de mercure avec  le petit index gauche du curseur et on effectue la lecture avec le grand index droit.

Sur le bouchon de la chaudière est gravé le matricule de l'ébullioscope : 26943.
Il est possible que les deux premiers chiffres indiquent l'année de fabrication : 1926.

Le sceau en plomb atteste que le thermomètre est un élément d'origine.

Le coffret de l' ébullioscope Levesque, en bois blanc, 27 x 16,5 x 11 cm

Dictionnaire de l'Industrie & des Arts industriels
E.O. Lami  - 1881

E.-O. LAMI présente dans son DICTIONNAIRE DE L'INDUSTRIE & DES ARTS INDUSTRIELS l'ébullioscope MALLIGAND, similaire au modèle présenté sur cette page.
Il semble que
l'ébullioscope Levesque soit une reprise de l'instrument créé par l'abbé Brossard-Vidal et perfectionné par Malligand. L'ébullioscope de ce dernier fut présenté à l'Académie des sciences qui, dans sa séance du 25 mai 1874 et après un descriptif complet, donne les résultats des essais réalisés :

Vers l'ébulliomètre Dujardin-Salleron, un sérieux concurrent...

Copyright © Le Compendium / Albert Balasse  - 2007/2010-2018 - Tous droits réservés

ACCUEIL

CHALEUR

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                                  Albert BALASSE