Le Compendium
      Albert Balasse

 

Trébuchet monétaire
Jecker, à Paris

L'étui en acajou de 15,8 x 2,8 x 1,8 cm, renferme un trébuchet monétaire signé JECKER A PARIS - Vers 1800.

La table des monnaies, en très petits caractères, sur un papier de 12 x 2,4 cm

La TABLE des Monnoies d'Or donne le "poids", exprimé en gros et grains, d'une vingtaine de pièces ayant cours dans différents pays d'Europe, du Ducat de Hollande à la Pièce de Prusse en passant par le Sequin de Rome et la Pistole d'Espagne. L'ouverture se fait sur deux pièces d'or de 24 et 48 "livres tournois de France" pesant respectivement 2 et 4 gros. Le symbole utilisé est de très petite taille et placé en exposant. Il s'agit, sous forme stylisée, d'un l (pour livre) suivi d'un t (pour tournois) dont la barre traverse le l.

Les grandes divisions du fléau sur lequel glisse le contrepoids sont repérées sur un côté par leur correspondance en gros : 1, 2, 3 et 4. Chaque gros est divisé en 12 parties valant chacune 6 grains. Un gros (environ 3,824 g) vaut 72 grains. Pour faciliter la lecture lors de la vérification des pièces d'or française, le constructeur a subtilement indiqué le poids et la valeur. Sur l'image ci-dessus, le "2" a une double signification : c'est le 2 de 2 gros (le poids) et le 2 de 24 livres (la valeur). Il en est de même pour le 4 de 4 gros qui est aussi le 4 de 48 livres. On retrouve, au dessus des deux nombres 24 et 48, le même symbole de la livre tournois que sur la tables des monnaies.

Le 18 germinal de l'an III (7 avril 1795), la Révolution française a débaptisé la livre tournois et le franc est devenu l'unité monétaire unique en France. Notre trébuchet est contemporain de la période qui a immédiatement suivi la Révolution et à la suite de la table des monnaies, quelques correspondances sont données entre les poids d'or exprimés en gros et grains et les valeurs des pièces d'or exprimées en francs.

La pièce déposée dans la nacelle provoque l'équilibre du fléau lorsque le contrepoids, qui joue aussi le rôle de curseur,  indique 2 gros et 6 grains. Mais il ne s'agit pas d'une pièce en or de 24 livres tournois pesant légèrement plus que la normale mais, plus simplement, d'un euro de 1999. Dommage!

Dans son Dictionnaire des fabricants français d'instruments de mesure du XVe au XIXe siècle, Franck Marcelin écrit : "Jecker François Antoine fit son apprentissage dans les ateliers du maître serrurier de Louis XVI, puis en 1786 passa six ans dans l'atelier de l'anglais Ramsden avant de s'installer à Paris dès 1792. C'est là qu'il ouvrit son premier atelier pour la construction d'instruments de pesage, jusqu'en 1803 (il y fabrica les balances pliantes dites pèse-louis très ressemblantes à celle de Ramsden).(...)
De 1815à 1830, il tenait la manufacture royale d'instruments d'optique, de mathématiques et de marine"

Yuval Goren présente un très beau et inhabituel microscope à tambour probablement fabriqué par Jecker. On accède à sa page en cliquant sur la photographie de l'instrument.
 

Brian Stevenson a écrit un article très complet concernant Jecker sur son site Microscopist.net

François-Antoine Jecker  1765 - 1834

Portrait extrait d'une série sur des "personnages illustres qui ont œuvré pour le bien ou la science"
(document "le Compendium")

Les vignettes qui suivent conduisent vers deux autres trébuchets monétaires, d'un modèle différent :

Trébuchet monétaire anglais
par Freeman and Son

Trébuchet monétaire Parent
Au D couronné"

Copyright © Le Compendium / Albert Balasse  - 2007/2018-2020 - Tous droits réservés

ACCUEIL

MECANIQUE

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                         

313 / 5 janvier  2018